Accès adhérents
mot de passe oublié Devenir adhérEnt

Zone Intermédiaire

Retour sur la mobilisation et le rendez vous avec Stéphane Travert

La FDSEA et le JA saluent la mobilisation de notre territoire à Montbard, qui a répondu à l'appel au soutien de la délégation : par une manifestation, qui aurait largement pu céder le pas à la colère, mais qui, malgré la détresse actuelle, a su rester pacifique, vous avez très bien montré que les attentes sur le terrain étaient immenses.

Ce jeudi 10 Août, la délégation représentant le monde agricole de Côte d'Or a rencontré le Ministre de l'agriculture, Stéphane TRAVERT. La Chambre d'Agriculture, la FDSEA, les JA, l'APPV de Côte d'Or, la Confédération Paysanne et la Coordination rurale (non présente mais en accord avec notre message principal) ont défendu nos zones à faible potentiel agronomique.

Nous avons été écoutés, et nous pensons entendus. Monsieur le Ministre s'engage à travailler sur la réforme de la PAC à l'horizon 2020, pour une PAC plus juste, capable de régler en temps et en heures ce qu'elle doit. Il entend tout particulièrement que la Côte d'Or est constituée de zones à faibles potentiels, qui n'ont encore jamais été reconnues et donc aidées en tant que telles, contrairement à d'autres zones en difficulté. Pourtant, comme dans toutes les autres zones rurales, l'agriculture est le pilier de l'économie locale, qui limite la désertification des campagnes et les risques naturels en entretenant le territoire et les paysages, et elle se meurt en Côte d'Or, notamment à cause des soutiens de la PAC plus faibles depuis la mise en place des aides compensatoires en 1992.

Nous avons défendu la possibilité d'un soutien sur le premier pilier comme zone à contrainte spécifique, et notre position de toujours, avoir des aides au moins équivalentes à la moyenne française. Monsieur le Ministre n'a pas pris les engagements à court terme pour aider la trésorerie que nous aurions espérés, mais il s'engage à venir à la rencontre des agriculteurs de Côte d'Or dans le courant de l'automne. Il propose aussi d'intervenir auprès des banques pour qu'elles soutiennent les agriculteurs en attente d'aides promises et dues. Enfin, il confirme que le plan d'investissement sur 5 ans d'1 milliard d'euros par an pourra être fléché pour profiter particulièrement aux zones qui en ont le plus besoin, et éventuellement sur des investissements nécessaires aux productions végétales. Pour cela, Monsieur le Ministre nous incite à participer aux consultations publiques et réunions régionales des Etats Généraux de l'Alimentation, et à être force de proposition dès à présents.

Monsieur le Ministre s'engage personnellement pour des solutions pragmatiques au niveau techniques dans la gestion des produits phytosanitaires, il défendra notamment la nécessité de disposer de produits de substitution efficaces avant toute nouvelle interdiction.

Nous sortons sans réponse à court terme et bien entendu déçus de l'absence de solution dès aujourd'hui pour les exploitations en grande difficulté qui ne peuvent plus attendre, mais confiants dans la volonté réelle du Ministre de s'impliquer dans des réformes justes et équitables de la PAC et dans le maintien de l'agriculture dans tous les territoires, dont le nôtre.

Sur conseil de Monsieur le Ministre, nous allons maintenant aussi nous retourner vers la région, comme responsable de l'attribution des aides du 2nd pilier, notamment pour demander qu'elle s'engage dans les aides pour l'agriculture biologique à la hauteur des résultats qu'elle espère.

Nous saluons la mobilisation de notre territoire à Montbard, qui a répondu à notre appel de soutien à la délégation : par une manifestation, qui aurait largement pu céder le pas à la colère, mais qui, malgré la détresse actuelle, a su rester pacifique, vous avez très bien montré que les attentes sur le terrain étaient immenses