Accès adhérents
mot de passe oublié Devenir adhérEnt

En plein débat sur le CETA, en France…

L’Europe s’apprête à ratifier un accord avec les Etats-Unis portant sur l’importation de viandes bovines américaines

Le Parlement européen est appelé à se prononcer, dans les toutes prochaines semaines, sur un accord conclu entre l’UE et les Etats-Unis visant à octroyer aux exportateurs américains de viandes bovines un nouvel accès privilégié, à droits de douane nuls, au marché européen.

Le saviez-vous ? Alors que l’Europe et la France se sont formellement engagées à ne mener aucune négociation commerciale agricole avec les Etats-Unis et que l’administration Trump menace l’Europe de sanctions commerciales, en marge de la bataille juridique opposant Airbus et Boeing devant l’OMC… c’est un nouveau « cadeau » sur le dos des éleveurs bovins français et européens, que les institutions européennes sont sur le point de faire aux exportateurs de viandes bovines américains !

Les députés européens pourraient, en effet, dans les toutes prochaines semaines, valider un accord commercial passé presque inaperçu. Celui-ci vise à octroyer, aux seuls Etats-Unis, une part importante d’un contingent d’importation de viandes bovines à droits nuls existant (le Panel Hormones), qui est aujourd’hui ouvert à l’ensemble des pays exportateurs de viandes bovines vers l’UE, selon la règle du premier arrivé, premier servi.

Conséquence directe de cet accord ? Les Etats-Unis qui, à ce jour, exportent moins de 17 000 tonnes de viandes bovines vers l’UE… bénéficieront désormais d’un accès exclusif au marché européen de 35 000 tonnes, sans aucune concurrence ni droits de douane.

Pas d’inquiétude pour autant, répondent en choeur la France et la Commission européenne : le volume global d’importations du Panel Hormones n’augmentera pas. Pourtant, les principaux utilisateurs actuels de ce contingent, l’Australie et l’Uruguay, entendent bien obtenir des contreparties… Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, deux accords de libre-échange, avec le Mercosur et l’Océanie, sont justement en cours de négociation à Bruxelles.

L’ouverture en grand du marché européen à toutes les viandes d’importation est donc, plus que jamais, d’actualité et les engagements pris auprès des éleveurs et des citoyens semblent, une nouvelle fois, avoir été oubliés.