Accès adhérents
mot de passe oublié Devenir adhérEnt

Fin des tarifs réglementées EDF, ce qu'il faut savoir

La fin de l’année 2015 sera marquée par la disparition des tarifs verts et jaunes de l’électricité. Face aux multiples interrogations suscitées, Irrigants de France et la FNSEA accompagnent les agriculteurs concernés afin de faire de cette évolution une opportunité.

Ils rencontrent depuis plusieurs mois les fournisseurs d’électricité ainsi que les autres acteurs impliqués dans la distribution (ERDF, Entreprises Locales de Distribution) afin que les offres proposées répondent réellement aux besoins des agriculteurs. Les organisations agricoles s’impliquent donc pour que les agriculteurs puissent se saisir de cette problématique dès à présent afin d’effectuer la transition en toute sérénité.

1er janvier 2016 : Une date à anticiper

Le 1er janvier 2016, les tarifs réglementés de vente (TRV) des contrats dont les puissances souscrites sont supérieures à 36 kVA disparaîtront. Si vous êtes concernés, n’attendez pas pour contracter une nouvelle avant cette date. Il existe une bonne quinzaine de fournisseurs proposant des offres de marché pouvant correspondre aux profils de consommation des agriculteurs et à leurs puissances souscrites.

Concrètement, que va-t-il se passer ?

Ce mouvement de libéralisation du marché de l’électricité permet aux fournisseurs de proposer des offres diversifiées, dont les caractéristiques pourront varier en fonction des besoins de leurs clients. La libéralisation n’est cependant que partielle, car la plupart des composantes de la facture d’électricité restent sous contrôle des pouvoirs publics : taxes diverses, part « acheminement » facturée par le gestionnaire de réseau (ERDF ou ELD), et le prix de l’énergie nucléaire.

Malgré tout, la fin des TRV reste une opportunité pour les agriculteurs qui vont reprendre la main sur leurs dépenses d’électricité pouvant les optimiser et accéder à de nouveaux services (mode de facturation etc…). En effet, au-delà des négociations sur le prix ces services (gratuits ou payants) auront aussi leur importance, et permettra aux fournisseurs de se différencier. Les prestations proposées devront donc être considérées dans leur ensemble.

Une offre transitoire pour les retardataires

Les agriculteurs qui n’auront pas signé de contrat au 1er janvier 2016 basculeront, par défaut, sous le régime d’une « offre transitoire », d’une durée de 6 mois. Les modalités de cette offre ne sont pas encore connues, mais elle risque fort d’être peu intéressante en termes de prix de l’électricité ou de services associés. Irrigants de France et la FNSEA mènent des actions auprès des pouvoirs publics afin de connaître rapidement les modalités de cette offre qui pourraient impacter fortement les exploitations concernées.

Les organisations professionnelles se mobilisent

Déjà mobilisés depuis plusieurs années sur la thématique du coût de l’énergie, Irrigants de France et la FNSEA ont rencontré les différents fournisseurs d’électricité souhaitant s’orienter sur le marché agricole. Ce fut l’occasion de présenter à ces nouveaux acteurs du marché de l’électricité les activités agricoles et leurs enjeux, mais aussi leurs spécificités en termes de consommation, afin qu’elles puissent les intégrer dans les offres.