Accès adhérents
mot de passe oublié Devenir adhérEnt

N'importons pas l'agriculture que nous ne voulons pas

Affichez vos convictions

Nous vous incitons à communiquer positivement dès maintenant et durant tout l’été pour dénoncer les négociations en cours sur l’importation de viande produite selon des standards interdits en France et en Europe.

Cette communication positive peut prendre plusieurs formes mais nous vous proposons :

  • une campagne locale d’affichage (voir modèle ci-joint) au bord des routes, dans les commerces, lors d’évènements festifs locaux… bref partout et à toutes les occasions
  • d’organiser localement des dégustations de viande complétées avec les mêmes affiches.
Elevage Français VS Elevage Brésilien

MERCOSUR

Communiqué du Bassin des Races A Viande 03/07/2018

N'importons pas l'agriculture que nous ne voulons pas !

Où sont passées les belles paroles du Chef de l’Etat et du ministre de l’Agriculture français qui certifiaient, il y a quelques jours encore, qu’au grand jamais, en matière d’importations « les lignes rouges ne seraient franchies » ?

Force est de constater que malgré les promesses de Messieurs Macron et Travert, les négociations commerciales européennes continuent tous azimuts avec toutes les zones de production dans le monde, pour conclure des accords commerciaux d’importation de viande bovine en Europe.

L’Europe est, en effet, à la veille de signer un accord avec le Mercosur où l’utilisation systématique d’antibiotiques comme activateurs de croissance, d’OGM, de produits phytosanitaires interdits en France et en Europe, depuis belle lurette, est monnaie courante. Le tout dans des conditions d’élevage à mille lieues des pratiques des Eleveurs français.

Le Mercosur dont le principal producteur, le Brésil, est toujours englué dans une affaire de corruption affaiblissant fortement la fiabilité de son système de contrôle sanitaire ! Depuis la découverte, en 2017, d’un vaste réseau de commercialisation de viandes avariées vers le monde entier impliquant tout à la fois le géant industriel du secteur et de nombreux agents des services de l’Etat, aucune nouvelle garantie sérieuse n’a été apportée par le Brésil en ce qui concerne la traçabilité de ses viandes destinées à l’exportation. Une récente mission d’information du Parlement européen a, malheureusement, confirmé toutes les craintes exprimées depuis des mois par les professionnels du secteur sur ce plan.

M. Macron, M. Travert, les lignes rouges sont franchies !

Les paroles ne suffisent pas ! Il faut des actes !

La France doit peser et obtenir gain de cause pour stopper toutes négociations européennes avec des pays où les standards de production européens ne sont pas respectés.

L’avenir des Eleveurs de races allaitantes du grand Massif central est en jeu tout comme la qualité sanitaire de l’alimentation de nos concitoyens.