Accès adhérents
mot de passe oublié Devenir adhérEnt

Plan d'actions phytos

Seulement des projets d'interdictions et des charges supplémentaires

Le plan d'actions annoncé par nos 4 Ministres se concentre sur les effets des produits phytosanitaires sur les populations (consommateurs mais surtout voisinage).

Il pourrait prendre en compte les raisons de l'utilisation de ces produits, notamment la productivité, la rentabilité... Mais préfère se contenter d'essayer de prouver des suppositions de dangerosité accrue quelques soient les usages, les quantités, les bonnes pratiques, pour obtenir des interdictions, toujours plus de contraintes et de charges pour les agriculteurs.

Concrètement :

  • Réévaluation des produits phytos par l'ANSES accompagnée d'autres agences santé et environnement
  • Opposition systématique aux réhomologations européennes pour de nombreuses substances
  • Interdictions franco-françaises en cas d'échec des négociations européennes
  • Encore des expertises sur le glyphosate
  • Séparation vente/conseil (via EGAlim)
  • "Accompagnement" des agriculteurs
  • Interdiction des 3R (rabais, ristournes, remises) sur les phytos (via EGAlim)
  • Augmentation de la redevance pour pollutions diffuses
  • Utilisation de la redevance pour pollution diffuse pour financer les aides à la bio
  • Protection des riverains, des eaux... (réévaluation des arrêtés phytos eaux et personnes vulnérables, nouvelles ZNT riverains par produits, conduisant inexorablement à des bandes enherbées supplémentaires, nouvelles zones d'intérêts écologiques à protéger, renforcement des contrôles périodiques pulvé...)
  • Information de la population sur les risques

Soulignons toutefois une volonté de renforcer la recherche et de faciliter les démarches d'homologation pour le biocontrôle et les substances peu préoccupantes.

Malheureusement, ce plan conduit finalement à des interdictions, des augmentations des charges. Il ne s'inscrit pas dans une démarche co-construite avec les agriculteurs, procédé qui est pourtant gage d'une meilleure appropriation et de mesures efficientes (efficaces pour réduire l'impact des phytos sans handicaper l'agriculture française).

Plan phytosanitaires : CP FNSEA

"le Gouvernement avance seul"

Pas moins de 4 ministres ont présenté ce matin un plan d’actions pour réduire la dépendance de l’agriculture aux produits phytopharmaceutiques. Nicolas Hulot, Agnès Buzyn, Stéphane Travert et Frédérique Vidal ont fait donc cause commune pour présenter de nouveau une litanie d’interdictions et autres charges supplémentaires pour les paysans Français.

Ce matin, on nous a donc présenté des charges et encore des charges, des interdictions et encore des interdictions, tout cela sans réelle concertation, sans réelle consultation ! Alors à quoi bon ? Nous sommes prêts à progresser mais pour cela, il faut des agriculteurs debout, pas des exploitations à genoux ! Entre une méthode qui n’en est pas une et des idées hors-sols, que veut-on à la fin ? Imposer un type unique d’exploitation sans le dire ? Faire fi des réalités techniques et agricoles ? Voir disparaître de nombreuses exploitations ?

Face à cette politique où le gouvernement fait le choix d’avancer seul, nous voulons une étude d’impacts économiques de toutes ces décisions le plus rapidement possible. Nous sommes tous « en marche » pour la transition agricole et écologique et les agriculteurs sont dans l’action quand d’autres sont dans l’injonction. Mettre des boulets aux pieds des agriculteurs, c’est leur couper sèchement l’herbe sous le pied, alors qu’ils sont les acteurs clé de la réussite de l’agriculture doublement performante attendue de tous. Ce n’est pas faute de l’avoir dit, d’avoir prévenu : seul un dialogue construit, des constats partagés et des objectifs pragmatiques peuvent faire progresser la ferme France. C’est le cœur du contrat de solutions que nous portons avec plus de 35 partenaires.

Mais quand le Gouvernement décidera-t-il de saisir notre main tendue ? Mais là, les ultimatums pleuvent, rendant chaque jour plus compliqué l’engagement de toutes les parties prenantes. Nous demandons plus de considération pour ceux qui font !